2022
Jean-Leon_Gerome

Lucius Aurelius Commodus ou quand l’éducation formelle ne suffit pas

par Alejandro Linconao

Commode était beau et athlétique, sportif et amusant, proche du peuple et de ses plaisirs. Son image contrastait avec celle de son père et prédécesseur sur le trône, le célèbre Marc-Aurèle. Après la mort de celui-ci, la discipline et l’ordre stoïque étaient bien loin.

Lucius Aurelius Commodus participe aux guerres contre les Germains Marcomans dans lesquelles son père sort victorieux. C’est sur le front du Danube que le jeune Commode est devenu un homme. A partir de l’année 175, à l’âge de 14 ans, il devait porter la toge de l’âge adulte et, avec elle, la capacité d’occuper des postes gouvernementaux. Bientôt, son père l’emmène à la cour pour apprendre les finesses d’un gouvernement sage. Mais sa figure sera parmi les plus immorales et les plus sadiques, son règne restera dans les mémoires comme l’un des plus infâmes de Rome. Sa naissance même a été annoncée comme un événement terrible par des rêves prémonitoires. Sa propre mère rêvait qu’elle donnait naissance à une paire de serpents.

À la mort de son père en 180, il est déclaré empereur. Il a rapidement cessé d’écouter ses sages tuteurs. Sa table devint fréquentée “par des parasites qui mesuraient le bonheur à leur estomac et à leurs vices les plus abjects” (Hérodien,1985, p. 99). Ces arrivistes ont séduit le jeune homme avec les plaisirs qu’il trouverait dans la capitale de l’Empire. Ainsi influencé, quelques mois après la mort de l’Auguste empereur Marc-Aurèle, et sans avoir fini de dominer les tribus germaniques, il part pour le confort de Rome. Un nuage sombre va venir planer sur l’Empire. Commence alors ce que l’historien Dion Cassius appellera “l’âge de fer” (Cassius, 2004, livre LXXII).

Certains chroniqueurs notent qu’enfant, Commode avait un caractère irrévérencieux (Picón & Cascón, 1989). Le comportement licencieux et dépravé de Commode est souvent attribué à l’influence licencieuse de sa mère (Sánchez Moreno, E. & Gómez-Pantoja, 2008). Cependant, du vivant de son père, il ne s’est pas livré à des excès notoires.

Son sage père ne cherchait pas pour ses filles des maris riches, mais préférait pour gendres des hommes à la vie sobre et rangée. Soucieux de son fils, dont il voyait qu’à un très jeune âge il hériterait du pouvoir de l’empire, il se procura les instructeurs les plus sages et les plus réputés.  Entre autres, l’éminent Galien, le père de la médecine occidentale, était son médecin et son professeur. Commode a été formé par la crème intellectuelle de son temps. On peut dire qu’il avait à sa disposition les plus grands esprits de l’Occident de son époque, mais sa vie ne l’a pas reflété.

Dans la ville aux sept collines, Commodus a rapidement commencé à se corrompre. L’armée sous ses généraux a consolidé et tenu les frontières de l’empire. Une période de paix relative s’installe à l’extérieur, mais à l’intérieur de Rome, l’agitation et les troubles commencent à se développer.

Habitué à l’ivresse continuelle et à la débauche sensuelle, il commence rapidement à déléguer ses fonctions à des amis et des connaissances. Il a donné des offices et des titres à des personnes au comportement répréhensible qu’il a rencontrées au cours de ses outrages quotidiens. Peu soucieux de ses devoirs, Commode, en 195, nomma Cléandre comme intendant du palais. Il était une sorte d’administrateur qui, en raison de sa proximité avec l’empereur, avait beaucoup d’influence. Sous Cléandre, la corruption institutionnelle a augmenté. Les fonctions publiques ont été vendues au plus offrant. Les postes administratifs, politiques et militaires ont été mis aux enchères. Cléandre est allé jusqu’à vendre des postes au Sénat, dans les consulats et même dans les provinces. Il a donné des fonctions publiques aux exilés et a annulé des condamnations (Picón & Cascón, 1989). Pendant ce temps, Commode profite de son domaine Laurentium transformé en lupanar. Le domaine était auparavant la résidence des nobles de la gens Quintilia, une famille qu’il avait assassinée.

Le jeune empereur a violé toutes les règles de la tradition. Il a combiné la nudité, s’est présenté dans des vêtements efféminés ou s’est même habillé en femme. Il a humilié, torturé, violé ou assassiné qui il voulait. Il enlevait les yeux et les pieds même des vétérans romains handicapés qu’il torturait et tuait dans l’arène du cirque sous les clameurs complices de la populace qui l’idolâtrait.

Aucun domaine n’a échappé à sa perversion, de la nourriture à la religion. Il a déclaré que son amant masculin le plus doué était un prêtre du culte d’Hercule. Il s’initie au culte étranger d’Isis tout en faisant torturer ses prêtres. Il ordonne l’amputation des bras des prêtres de Belona et profane le culte de Mithra. Dans le même temps, sous l’influence de sa concubine Marcia, il assouplit son traitement des chrétiens (Cassius, 2004), alors religion subversive.

La corruption du gouvernement a suscité des réactions de mécontentement. Les soldats désertent, les légions en Grande-Bretagne se révoltent et une intrigue éclate qui faillit mettre fin à la vie de l’empereur. En 190, la pénurie alimentaire sévit à Rome et une foule manifeste pendant que Commode profite de sa villa.

Malgré la corruption et les troubles économiques, une partie du peuple continue de favoriser son empereur. Ils le remboursaient par des contributions pécuniaires (Cassius, 2004) ainsi que par des fêtes et des spectacles. Dans ses combats dans l’arène, il se distinguait par son habileté et son adresse au tir. Il excellait tellement en tant que gladiateur et vu les mœurs douteuses de sa mère, la rumeur se répandit qu’il était le fils de l’union adultère de sa mère avec un gladiateur (Picón & Cascón, 1989). Commode est descendu dans l’arène et y a combattu 735 fois, un nombre connu car il a ordonné que son enregistrement officiel soit un événement somptueux. Il a transpercé des animaux et combattu, quand il n’a pas tué, des êtres humains. Ce spectacle sanglant ravit les masses, même si l’empereur va jusqu’à assassiner des Romains infirmes, y compris des vétérans de l’armée.

Sa mégalomanie s’est rapidement développée. Il a faussement prétendu être un descendant de l’empereur Hadrien. Il se donne l’épithète réservée à Jupiter, se déclarant même un nouvel Hercule.

Après qu’un incendie ait détruit une grande partie de la ville éternelle, il a changé son nom en Colonia Lucia Annia Commodiana. Dans sa folie, il ordonna que les légions, la flotte et même les mois soient rebaptisés de son nom. Enfin, après 12 ans de mauvaise gestion, une conspiration le mettrait à mort, son cadavre serait déshonoré et on tenterait d’effacer sa mémoire.

Les raisons de son dérèglement ne seront peut-être jamais connues. Qu’il s’agisse d’une influence maternelle prétendument décadente, d’amitiés corrompues ou d’un certain penchant naturel.  Il menait une vie sans privation et était bien éduqué, mais sa faible intelligence, sa lâcheté et son hédonisme allaient l’emporter.

Sans l’ancrage d’un caractère forgé dans la lutte et la retenue, il s’est détourné des sages règles de vie et de gouvernement. Loin de l’austérité martiale, il tombe rapidement dans les pièges de la sensualité et se livre à des actes scandaleux et répréhensibles.

Son éducation polie était insuffisante pour guider son existence. L’exaltation de l’intellect lui est de peu d’utilité, car sans la maîtrise du caractère et l’exercice de la vertu, il ne peut guère se construire une existence noble. Fils d’un stoïcien sobre, formé par le meilleur de son âge, sans contrôle de ses passions et avec l’adulation du pire, il s’est abaissé et a apporté l’iniquité à son Empire.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *